Le Québec raffole des services offerts par l’économie collaborative. Ce sont les chiffres qui en témoignent et le boom des sites spécialisés ne fait que confirmer cette tendance. Voici quelques chiffres révélés par le Baromètre de la consommation responsable, pour se faire une petite idée sur l’économie de demain.

Le boom de l’économie du partage au Québec

L’économie de demain sera collaborative et participative. Selon l’édition 2015 du Baromètre de la consommation responsable au Québec réalisée par l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’ESG UQAM, avec le soutien d’Éco Entreprises Québec, les Québécois ont bien adopté ce nouveau mode de consommer.

Pour 87,7 % des interrogés, il est important de revoir les modes de vie et de consommation. En effet, la crise économique a obligé le consommateur à revoir toutes ses habitudes mais il y a aussi un souci d’environnement. Partager ses espaces d’entreposage permet de réduire les constructions, le covoiturage permet de limiter la pollution…

Pour Fabien Durif, professeur au Département de marketing et directeur de l’Observatoire, le changement est bien réel et il s’est fait ressentir surtout en 2015. Mais en réalité, depuis 2010, l’Indice de consommation responsable (ICR) continue sa progression et montre un vrai bouleversement.

Ce n’est pas prêt de finir!

Selon les chercheurs, cette tendance n’a rien d’un effet de mode et les prochaines années viendront consolider ce constat. Aujourd’hui, le service qui fonctionne le mieux est celui d’échanger les objets d’occasion. 44,9 % des répondants l’ont fait au cours de la dernière année et un Québécois sur cinq a utilisé des plateformes Web pour participer à cette nouvelle forme d’économie.

Et la loi?

On pourrait penser que la principale barrière reste la loi qui n’est pas assez claire. Mais les Québécois utilisateurs de ces services ne les perçoivent pas comme illégaux. C’est d’ailleurs, un vrai chantier pour les communes, conscientes de ce vide juridique.

Comments

comments