Le constat est bien réel, la consommation collaborative est venue bousculer toutes nos bonnes vieilles habitudes, pour le plaisir de tous! Car rare sont ceux qui viendront se plaindre de tous les avantages qu’elle apporte. Désormais on a affaire à l’économie du partage pour les moindres choses de la vie… Mais cela ne fait pas forcément plaisir à l’économie classique ! Explications !

Le public devient vendeur!

Les règles de l’économie évoluent et changent. Le consommateur, qui comme son nom l’indique, était un simple « consommateur » de valeur, se transforme en créateur de valeur. Il prend la main sur les ventes et vient grignoter quelques parts aux entreprises et ces dernières ne voient pas cela, d’un bon œil. L’apparition de ce nouveau concurrent est redoutable pour elles, et elles le savent. Pourtant cela n’a pas empêché l’économie collaborative de faire son bout de chemin.

Est-ce nouveau?

Pas vraiment! En réalité, si on creuse bien, on découvre que l’économie collaborative n’est pas si récente que ça! Pourtant, c’est bien ces dernières années, qu’elle est devenue si célèbre.

Deux raisons principales expliqueraient ce constat. D’abord, les médias… il ne faut pas oublier qu’ils se sont intéressés à ce phénomène et ont permis de le rendre plus visible. Puis le développement des nouvelles technologies qui a facilité les opérations d’économie collaborative et la mise en relation.

Pourquoi cela dérange-t-il?

Nous ne pouvons nier l’impact direct ou indirect de l’économie collaborative sur le business des entreprises traditionnelles. Désormais, nous passons de l’objet propriété à l’objet usage. Il est plus important de l’utiliser que de le posséder.

Nous sommes donc vers le déclin de la propriété. Évidemment les règles du jeu changent, mais l’intérêt du consommateur est bien prouvé, c’est donc tout naturellement que les comportements tendent à se généraliser dans tous les secteurs. Demain… sera désormais plus collaboratif !

Comments

comments